Capture d’écran 2011-10-18 à 10.12.58

LeWeb Paris 2011 : qu’est-ce qu’il va s’y dire

Cette année encore, je vais avoir la chance d’assister à la conférence LeWeb, organiser par Géraldine et Loïc Le Meur. Je vais donc être à Paris du 7 au 9 décembre 2011, pour 3 jours de conférence et de réseautage (mais aussi pour retrouver mes amis de France) aux Docks, à Saint Denis.

Mais qu’est-ce qui va m’intéresser durant cette édition ? Le sujet phare de cette édition 2011, c’est le SOLOMO. Je trouve cet acronyme moche, mais le sujet bigrement intéressant : Social Local Mobile. Bref (ce mot est tendance), le services sociaux mobiles géolocalisés. On pourrait même enlever le mot « social » tellement il fait parti de l’essence du web aujourd’hui.

 

 

Le sujet, je le connais un peu. En 2008, quand je lançais le service Boarding.fr, j’étais en plein dedans. Et CNet y voyait un gros potentiel déjà à l’époque (« Boarding helps you find other stranded travelers »). Puis FourSquare a débarqué, suivi de Facebook. Et surtout, je n’ai pas bougé mes fesses alors qu’il y avait vraiment un truc à faire. En tout cas, mon service répondait déjà à cette thématique. Entre autre. Bref… (oui, encore une fois).

Alors, en-plus des start-up qui présenteront et du réseautage de couloir, qui vais-je écouter principalement à cette conférence ? Par forcément Brian Chesky, CEO et co-fondateur de Airbnb, dont l’idée est très intéressante mais dont je ne vois pas une vision nouvelle en soit. La positon de Marissa Mayer de Google sur le sujet devrait par contre particulièrement intéressante. Les piliers du web 2.0 comme Kevin Rose de Milk (mais plus connu pour Digg) et Robert Scoble devraient enrichir également les discussions. Mike McCue, CEO de Flipboard va m’intéresser aussi, le modèle et l’avenir de leur application m’intéresse et m’interroge. D’ailleurs, toutes applications basés sur une média social comme Facebook m’intéressent car la survie de ces outils dépend tellement de l’application maître qu’il faut savoir s’adapter rapidement, pivoter ou mourir…

Mais au-delà de ces experts, il y a aussi les marques et les outils qui seront présents. Salesforce, grand partenaire de Seesmic, sera présent, mais aussi Nestlé, Pepsi, Virgin Galactic ou encore Get Satisfaction.

Est-ce que le web de demain ne sera que des applications ? Plus que des applications, il sera tellement intégré dans notre quotidien, que l’application sera peut-être un appareil, un device, simplement. Nos enfants connaitront-ils le « www » ? Et dans un tel contexte, quel avenir pour les moteurs de recherche « traditionnels » ? Finalement, ce « web 3.0 » ne va t-il pas mettre fin à la convergence que certains annonçaient ?

Voilà des questions qui m’intéressent et auxquelles j’aimerais beaucoup contribué avec ma petite analyse. Et avec les réponses ou tout du moins les indices, qu’il y aura à prendre durant les conférences de cette édition 2011 de LeWeb, je vais pouvoir encore plus affiner mes réflexions sur le sujet.

Et si vous n’avez pas encore votre place pour LeWeb, c’est par ici.

 

Il y a un commentaire sur “LeWeb Paris 2011 : qu’est-ce qu’il va s’y dire

  1. Est-ce que le web de demain ne sera que des applications ?

    Évidemment la réponse est NON.
    1. Les applications coûtent cher à développer.
    2. L’application coûte cher à mettre à jour.
    3. Il faut constamment ajuster son App selon les OS.
    4. Elles ne sont qu’une mode.
    6. Elles ne sont rien d’autre que des logiciels déguisés.
    5. 98% d’entre elles vont se perdent dans le App Store et meurent.
    6. Les sites mobiles fond de plus en plus compétition aux apps.
    7. Le reponsative design viendra trancher la question.
    8. Présentement, elle sert à faire un coup d’argent à l’industrie du web et c’est bien ainsi.

    Désirez-vous d’autres arguments?

    d.

Laisser un commentaire