DSC01377

Test complet du Galaxy Note 3 et de la montre Galaxy Gear de Samsung

Que les choses soient bien claires entre nous. Si vous comptez sur moi pour vous lister les spécifications techniques du Galaxy Note 3, allez directement sur le site de Samsung. Non, moi, je vais vous faire le test utilisateur « de base ». Celui qui va utiliser le produit au quotidien.

Samsung Galaxy Note 3

Mon premier aperçu était succinct, mais après une semaine d’usage, j’ai maintenant une meilleure maitrise de la bête. Même plus peur, je connais ses qualités et ses défauts.

Galaxy Note 3 et Galaxy Gear

La première impression au niveau de la qualité du produit s’est confirmée. Sans housse de protection, mon Galaxy Note 3 n’a pas souffert, après avoir voyagé dans ma poche ou dans mon sac de voyage. J’ai la semaine dernière fait un rapide aller-retour en France et j’ai donc durant les vols aller-retour profité des deux gros avantages de ce phablet.

DSC01380

Déjà, la taille de son écran, idéal pour regarder des films de façon confortable. J’ai fait des essais avec des films SD au format AVI et HD 1080p au format MKV et VLC m’a joué ces vidéos sans broncher et sans accrocs.  À noter que la vitesse de transfert entre mon Mac et le Galaxy était particulièrement lente.

DSC01368

Puis vient l’autonomie particulièrement importante. Car si la taille de l’appareil laisse entendre que la batterie est forcement plus importante (3200mAh, ça vous dit peut-être pas grand chose, mais c’est beaucoup), la puissance (processeur 2.3GHz quad-core Snapdragon 800, ça vous dit toujours pas grand chose, mais c’est puissant) et la taille de l’écran consomment plus qu’un téléphone intelligent « de base ». Là, aucun problème sur les 7h de vol, avec les fonctions réseaux coupées, il est vrai. Oui, votre Note ne vous lâchera pas pendant un voyage.

DSC01363 DSC01364 DSC01365

En approfondissant mon usage, j’ai appris à bien paramétrer l’appareil. Si je trouve la couche Samsung agréable (par dessus un Android 4.3 Jelly Bean), certains paramètres ne sont que des démonstrations technologiques qui n’ont d’utilité que pour les discours marketing. Ainsi, « Air Gesture », « Survol », « Mouvement paume » et surtout « Écran intelligent » sont à désactiver. Ce dernier est sensé suivre votre regard pour faire défiler l’écran lorsque vous êtes en bas de page par exemple est une véritable catastrophe. Bref, ne perdez pas de temps avec ça.

DSC01367

L’appareil photo principal est équipé d’un capteur 13M de pixels (les plus grosses ne sont pas toujours les meilleurs, n’oubliez pas) s’en sort très bien en extérieur, mais tire un peu trop sur le jaune en usage intérieur. Cela reste toute foi très honorable et on peut dire que les paramètres sont assez simples et intéressants. Enfin, la prise de photo est très rapide, pas de raisons de louper le bon moment. Par contre, la taille du Galaxy Note 3 ne facilite pas la prise de vue et la stabilité. Il faudra s’exercer avant de pouvoir espérer faire un portrait sur le vif. Enfin, amis cinéastes en herbe, ce phablet vous donne accès au joie du slow-motion et de capturer des images à 120fps.

Samsung Galaxy Note 3 20131018_104641

Stylet ? Ah oui, c’est vrai, il y a un stylet !

Certains adorent. Moi, je n’y arrive pas. Soyons honnêtes, je ne l’ai jamais utilisé, sauf afin de le tester. Ma fille a dessiné un peu avec, mais voilà, pas plus que ça au final. Je comprends très bien que certaines personnes trouvent cela fantastique. Ce n’est pas mon cas. Cela dit, son usage n’est pas nécessaire, il s’agit d’une interface complémentaire, donc je ne pense pas « louper » l’expérience Galaxy Note sans en avoir l’usage.

Stylet Air Styler

Galaxy Gear, la montre connectée

Soyons très honnête, ce que je voulais tester le plus, ce n’était pas le Galaxy Note 3, mais bel et bien la montre intelligente qui l’accompagne. Clairement, tout le monde s’intéresse à l’objet et si vous avez besoin d’arguments pour socialiser, la Galaxy Gear est la bonne excuse pour amorcer une conversation.

Montrea Samsung Galaxy Gear

Alors, révolution ? Oui et non. En l’état, il faut voir la Gear comme un écran déporté de votre téléphone, communiquant via Bluetooth. Ainsi, quand on laisse un commentaire sur une publication Facebook, votre montre va vibrer pour vous informer. Il suffit alors de toucher la notification pour lancer l’application Facebook sur le Note 3. Vous avez aussi la possibilité de prendre des photos depuis la montre. C’est marrant, mais pas indispensable. On retrouve également un podomètre et surtout, rêve gamin, les fonctions téléphoniques permettant de parler directement à votre poignet, sans avoir une oreillette ou à sortir votre phablet. Un petit côté science-fiction qui me plait bien !

Appareil Photo de la Galaxy Gear de Samsung

Est-ce donc un gadget ? Oui, un peu. Mais la Galaxy Gear est néanmoins évolutive avec une boutique d’applications qui vient enrichir les possibilités de la montre. Cette partie me semble très intéressante et on espère que nos applications préférées seront toutes adaptées à la Gear.

Menu de la Samsung Galaxy Gear

Et puis, disons-le, je ne la trouve pas trop cheap cette Galaxy Gear et je n’ai pas trop honte de la porter. Sans parler d’élégance, elle a une certaine allure. Oui, oui, je trouve. Même déconnectée de mon téléphone.

Bon, alors, on l’achète ou pas ?

Je ne suis pas un adepte du format phablet. 5.7″ pour l’écran, c’est confortable pour les yeux. Pas pour mes mains. En Corée, ce format est en passe de représenter la majorité de la base utilisée. En Amérique du Nord ou en Europe, ce n’est pas encore le cas, mais peut-être y viendrons-nous. En tout cas, pas tout de suite pour moi.

Reste que le Galaxy Note 3 est un très bel appareil, bien fini, dont Samsung peut être fier. Il me donne plus envie de tester le Galaxy S4, par exemple, dont le format est plus adapté à mes mains, mais si vous êtes un adepte des grands formats, le Note 3 est le phablet qu’il vous faut.

Concernant la Galaxy Gear, j’aimerai vous dire que si vous êtes un bon geek, ne tardez pas et foncez ! Sauf que pour le moment, elle ne fonctionne qu’avec la Note 3 pour le moment. À suivre donc pour la disponibilité !

 

Canal_plus_1984

Canal+ Canada, l’aventure canadienne ne fait que commencer

C’est par un statut de l’ami Philippe Martin que je suis tombé hier sur une vidéo de présentation de Canal+ Canada. Pardon ? Canal+ Canada ? Étonné, j’ai regardé tout cela de plus près. Et je doute. Le film annonce a été publié sur la plateforme vidéo française Dailymotion par une personne travaillant chez Canal+ au développement  international. C’est donc une vraie bande annonce. En même temps, je me dis que je serai bien capable de créer un faux compte Dailymotion pour un hoax, et le doute sur la véracité de cette information improbable persiste dans ma tête.

Dans la vidéo, il est fait référence à l’URL canalplus.ca. Je vais vérifier cela et le doute se confirme. Page de parking « Mailclub » annonçant que le nom de domaine a été réservé par un client. Pas très sérieux tout ça, je me dis que le piège de ce hoax n’est pas bien solide et que je suis bien trop malin pour sombrer dedans.

canalplus.ca

Maintenant que le fake est avéré, je me rends compte que la bande-annonce n’est qu’un enchainement d’extraits de films et d’émissions de Canal+ en France et que n’importe qui aurait bien pu faire cette vidéo. Oui, mais qui est ce n’importe qui ? Je reprends l’enquête. Je lance l’application Terminal et recherche qui a déposé ce nom. Et là, le drame, tout s’effondre.

whois canalplus.ca

C’est bien Canal+ qui a déposé ce nom de domaine. Mais WTF comme dirait un jeune socialement actif sur les réseaux. Je croise l’information en vérifiant le domaine de canalplus.com mais plus aucun doute, même prestataire, mêmes informations. Mon hoax n’était donc pas plus fake que les seins de Scarlett Johansson. Oui, on a les citations que l’on mérite.

Je cours partager la catastrophe sur Facebook et Twitter et au fil des conversations, tout se confirme. Jean-Marc Juramie et Martin Rogard sont d’ailleurs à Montréal pour annoncer tout cela. Et dire qu’on ne m’avait rien dit.

Nouveau Cinéma

Il est alors temps pour moi de comprendre exactement ce qu’il se passe. Canal+ ouvre ses contenus au Canada, avec une offre agressive. 7.99$/mois pour accéder à une sélection de films et de série, les programmes non cryptés de la chaine accessible gratuitement et un service à la demande à partir de 2.99$. Le tout, disponible sur la plateforme Dailymotion. Génial !

Le Pass Canal Plus Canada

Génial, mais pour qui ? Pour moi ? Écoute, je ne vais te noyer dans un torrent de détails, mais Netflix  est déjà bien en place ici et sincèrement, les contenus en clair sont déjà accessible sur le site de Canal+, avec 1 minute de publicité en pré-roll pour des yaourts non distribués ici, certes. Par ailleurs, mes films, je les écoute sur ma télévision et je n’ai pas le goût de brancher mon Mac sur mon ampli. Je veux du 5.1 et du fullHD. Du pop-corn sur mon canapé. Pas du « in browser ».

Canal+ va donc y gagner quoi ? Aucune idée, sincèrement. La communauté francophone au Canada n’est pas un Eldorado, avec une base de 7.2 millions de personnes. Pas rien, mais pas dingue non plus. Sans compter qu’ici, Canal+, bah, ce n’est pas une marque aussi forte qu’en France. La rentabilité de l’investissement, à mon niveau de connaissance du dossier, me parait un peu complexe.

Reste Dailymotion qui pourrait en tirer certains avantages. Se (re) faire un nom. Déployer et améliorer ses infrastructures en Amérique du Nord pour mieux attaquer YouTube ou tout du moins pour mieux rivaliser. Elargir ses services à des opérateurs locaux.

Bref, tout ça pour dire, je ne comprends rien, mais alors rien du tout, à cette histoire de Canal+ Canada. C’est un peu brouillon et ça va dans tous les sens. Vais-je tester ? Je ne pense pas. Je vais probablement regarder quelques contenus en clair, pour comprendre et voir si l’infrastructure tient la route, notamment en HD. Ça n’ira probablement pas plus loin.

Maintenant, je ne demande qu’à mieux comprendre ce développement international, pour corriger cette première impression un peu bancale que j’ai dressée ici. Tellement bancale que la vidéo de présentant n’est d’ailleurs plus disponible sur la page Canal+ Canada sur Dailymotion. Qui a parlé de lancement raté ?

Canal Plus Canada sur Dailymotion

[EDIT] Benoît m’informe que le lien canalplus.ca point à présent sur la page hub Dailymotion qui accueillera le service prochainement.

Boîte Samsung Galaxy Note 3 Gear

Mes premières heures avec un Samsung Galaxy Note 3 et Galaxy Gear

Ceux qui me connaissent bien savent que mon téléphone de tous les jours n’est pas un Android ou un Windows Phone. Pourtant, ce n’est pas la première fois que je me retrouve avec un Samsung entre les mains (j’ai toujours adoré mon vieux P310) et il faut le dire, je suis plutôt un adepte de la marque. Pour Android, sincèrement, je connais mal, et c’est ce qui risque de rendre cette expérience intéressante.

Je vais en effet tester le Samsung Galaxy Note 3 et son fidèle compagnon, le Samsung Galaxy Gear. Le premier fait partie de la catégorie des « phablet », un hybride entre un « phone » et un « tablet » et le second est une montre connectée (l’intelligence étant déportée). Pour le plaisir du jeu, je ne citerai pas mon téléphone habituel, car ce n’est pas la comparaison mais l’impression et le sensation qui va compter. Il reste que l’iPhone (oups) sera mon mètre-étalon.

samsung-damdam

Mais alors, mes premières impressions ?

Avant de parler du produit, parlons de son emballage. Pour la bonne et simple raison qu’il est assez chic, en carton recyclé reprenant un motif bois assez sympa. Les deux boîtes reprennent les mêmes codes graphiques et cela positionne le Galaxy Note 3 et le Galaxy Gear dans un segment plutôt haut de gamme.

Puis on ouvre, et là, c’est le choc. Sincèrement, il est GIGANTESQUE ! Je ricane en me disant que ce n’est pas possible de sortir de tels produits et que je ne serais pas capable de le tenir à une main. Je le prends et finalement, assez rapidement, on s’habitue à cette taille différente. Il faut mettre la batterie puis je fais un rapide tour de l’appareil. Un bon plastique avec un rendu cuir au dos et globalement un beau niveau de finition. On aurait pu s’attendre à quelques matériaux plus noble mais il faut admettre que le poids plume de l’appareil a dû justifier certains choix. J’allume la bête. Wow ! Mais quel bel écran ! Que dis-je. Il n’est pas beau, il est éblouissant.

Samsung Galaxy Note 3

Dos du Samsung Galaxy Note 3

Je vous épargne le processus de configuration, mais on va dire qu’en 10 minutes mon Galaxy Note 3 était opérationnel et relié à la montre Galaxy Gear. Il ne me reste donc plus qu’à dompter la bête pour savoir ce qu’elle a dans le ventre. Et ça, c’est une autre affaire qu’il faudra suivre dans un prochain billet, où je parlerai particulièrement du stylet et de la montre.

En attendant, voici une vidéo réalisée rapidement après avoir un peu joué avec. Voyez-y les premiers pas d’un débutant à l’usage (et en vidéo aussi).

Si vous avez des questions n’hésitez pas, je suis prêt à expérimenter (bon, pas de “will it blend” par contre !).

Note
Samsung Galaxy GearJe remercie Samsung Canada de me permettre de tester ces produits qu’ils ont gracieusement mis à disposition.
Sachez que cela ne remet pas en cause mes avis et je ne vais pas me retenir de dire ce que je pense.
Il est néanmoins évident que de tester ce produit m’apporte une ouverture d’esprit que je n’avais pas avant de mettre la main dessus.

Air France Retro Jet

Air France célèbre ses 80 ans

J’ai une petite étiquette de #avgeek qui me colle à la peau et ce n’est pas pour rien. Amateur d’aviation civile et fidèle client d’Air France depuis pas mal de temps, il me semblait logique de parler de cette petite fête.

Air France et moi, c’est une histoire qui date de mon adolescence. Oh oui, j’en ai fait des ORY-PTP en classe Alizé (pont-sup des 747-200 puis -300) et en zone fumeur (je ne fume plus depuis). Je rêvais d’être Club 2000, mais j’ai toujours stagné avec ma carte Fréquence Plus Bleu, équivalente au niveau Silver aujourd’hui, ne me donnant donc pas accès au salon. Frustrant.

boeing_747-200_takeoff_water_splash

À la même époque, j’ai aussi volé sur Air Inter, UTA (sur le CDG-MIA uniquement) et Air France Europe. Je parle de l’époque « Groupe Air France », avant que ces compagnies soient toutes reprises sous la même bannière. Et je comptais mes miles cumulés en lorgnant essentiellement deux lignes du tableau des récompenses qui n’existent plus aujourd’hui dans le programme Flying Blue : Concorde et Tour du Monde.

Ticket d'avion Air France

Plus grand, ayant décidé de vivre en Guadeloupe, ce sont des PTP-ORY que j’aurai faits en nombre, avec l’introduction des 747-400. Je ne prendrai jamais les 777-300ER sur cette ligne.

Et aujourd’hui, depuis mon Québec, je continue de vivre l’aventure Air France avec des 777-200, suivre le retrofit des 747-400 (avec la loterie car on ne sait jamais sur lequel nous allons tomber) et surtout l’A380.

A380 Air France YUL

Unknown-1Découvrez le sympathique site événementiel mis en place à l’occasion des 80 ans d’Air France et découvrez l’évolution de la compagnie, tant au niveau de sa flotte, son offre ou ses services ! Finalement, Air France nous permet de voyager dans le temps aussi. Bon anniversaire Air France et à bientôt !

Parrot Flower Power

La santé de vos plantes, la première approche domotique de Parrot

Vous connaissez tous Parrot. Mais si. Je ne vous parle pas de leur vieux métier de base, à savoir des kits main-libre Bluetooth, mais bien de leur positionnement plus « maison » depuis quelques années. Client de la marque, j’ai déjà des enceintes Zikmu et un casque Zik, dont je suis particulièrement satisfait. Et tant au niveau du design (exigé pour le WAF – Wife Acceptance Factor) qu’un niveau technologique (on ne change pas un geek avec des notes de musique). J’ai cependant fait l’impasse sur l’AR Drone, mais le produit m’excite particulièrement.

Bref, un virage technologique et grand public réalisé avec succès et brio. Mais ce n’est pas tout. Un second virage important arrive.

Flower Power, par Parrot

Lors du CES, Parrot avait présenté Flower Power. Outre ce nom aux consonances seventies, cet accessoire bourré de technologie va venir vous aider à porter assistances à vos plantes.

Un fois installé à côté de votre plante, le dispositif sera là pour vous aidera à la maintenir en vie, en communiquant en temps réel avec votre iPhone ou Android (prévu pour le début de 2014) via Bluetooth. Pas assez d’eau, manque d’engrais, mauvais ensoleillement… Avec une base de donnée de plus de 6.000 plantes, il y a de forte chance pour les votre y soient référencées.

La Flower Power est annoncée pour le 1er novembre de cette année au tarif de 49€ (~69$) , je vais forcément craquer.

Nest ThermostatMais est-ce un gadget ? Pas certain. J’y vois plutôt un cheval de Troie pour une stratégie similaire à celle de Nest (le thermostat de Tony Fadell) visant à conquérir le marché des objets intelligents et connectés. On commence avec une plante, puis un autre dispositif, jusqu’à ce qu’on puisse faire interagir l’ensemble.

Science-fiction ? Non. Anticipation ? À très court terme, oui. Et ça, j’aime ! Mais à une condition, qu’un protocole d’interopérabilité soit mis en place, que l’on ne se retrouve pas pogner avec un seul fabriquant dans l’avenir…