De la politique apolitique

Je réagis à cette note de Bettina sur notre politique en France. Je ne compte pas faire de constat, mais juste donner ma position. Aujourd’hui, je ne fais plus parti d’aucun camps. Droite ? Gauche ? Centre ? Honnêtement, on s’en fou ! Définitivement, mon pays m’intéresse beaucoup plus. Les messages de tous sont intéressants, et je crois sincèrement, qu’ils veulent tous remettre la France sur les bons rails. Aujourd’hui, le moteur n’est plus un parti, mais un homme (ou une femme, bien entendu). Pour les prochaines élections, je ne regarderais pas ce que mes convictions politiques me proposent. Je regarderais la personne qui se présente. Sa motivation. Son énergie. Aujourd’hui, franchement, un politique qui a fait ses preuves sur un territoire locale m’intéresse plus qu’une expérience en ministère. L’un n’empêche pas l’autre. J’ai une grande admiration pour le maire de ma commune, Issy-les-Moulineaux. Santini, UDF, est un véritable homme de terrain, qui a su attirer les entreprises dans la ville, et donc l’emploi, l’argent. Les impôts locaux sont bas, le ramassage des ordures est financé par les entreprises, et il y a plus d’emploi de proposer que de chômeurs. Sans parler de son charisme. Je crois en cet homme qui a cru en ses engagements.

Désolé pour ceux que ça va déranger, mais franchement, Sarko, il me plait bien. Il ne lâche pas l’affaire, il bosse comme un taré, et ce n’est pas pour du pognon. C’est pour des convictions. Et d’ailleurs, ça gène. Mais il assume. Hier soir, au JT de France 2, il a assumé sa phrase sur les cité. Non, sa langue n’a pas fourché. Il nous invite à venir sur place pour voir s’il ne faut pas faire le ménage. Vous y êtes allé quand pour la dernière fois dans une cité ? Je ne sais même pas si je suis déjà allé une seule fois dans une cité ! Comment pourrais-je donc dire « Rhô le con, il abuse ». J’y fou pas les pieds car je suis un peureux qui n’a rien à faire dans ces zones glauques où la misère côtoie l’exclusion, la peur, la gène. Et demandez à certain de s’intégrer. Il n’y a pas de coupable. Il y a des constats. Si on veut avancer, il faut ouvrir les yeux, et corriger, plutôt que de juger. Machin il a fait ci. Machine elle a fait ça. Et alors, merde ! Même ma fille je l’engueule quand elle parle comme ça !

Je ne reviens pas sur ce Non qui me fait encore mal. Digère mal ce trucs-là. Les votes sanctions, c’est con. Je surveille surtout les camps. Les partis. Les grandes manœuvres. Chacun frotte son présidentiable pour qu’il brille. Se fait discret au contraire pour d’autres. La gauche essaie de se reconstruire autour d’un leader aussi charismatique qu’une carpe, la droite de se cacher derrière un leader qui a trop d’ambition. Les autres ? Je n’en parle pas. Au centre, ça n’a pas évolué (désolé Santini !). Les verts sont fanés. Les extrêmes trop fidèles à eux-mêmes, et à leurs fausses convictions, qu’ils ne croient plus eux-mêmes. Bettina, j’aime ta note, car elle reflète ce que nous sommes nombreux à penser. De la politique apolitique.

18 commentaires sur “De la politique apolitique

  1. Hollande,une carpe… une pate molle !

    Tous derrière Damdam ! je m’occupe de ta com si tu veux…

  2. Je suis très en accord avec ta note et ce que tu en écris, même si les « cités » (je vais souvent à celle de Val D’Argenteuil) ne sont pas en général ce qu’on les décrit. Ma biblioteque s’y trouve et c’est la meilleure de ma ville.

    Mais Sarko, malgré qu’il est d’origine hongrois, comme moi, je ne l’aime pas : il a déserté Chirac quand il a cru que celui ci ne deviendra pas président. Je n’aime pas les gens qui tournent leur chemise, les gens sur lequel on ne peut pas compter.

    Le choix sera dur, pour la France, j’espère qu’il sera un « oui » pour quelqu’un et pas un « non » contre des trucs privés.

  3. Quel bonheur, Damdam, de voir ici cette note. Merci de m’avoir lue et de parler ainsi de tes convictions. Il faudrait maintenant que ces hommes et femmes politiques hors du commun sortent du lot, se serrent la main et agissent ensemble. Malheureusement, il y a des « bons » qui se croient « médiocres » et des « nuls » qui se croient excellents ! Ca complique encore le jeu et l’engagement !

    Julie, bonjour. Nous nous sommes vues à Paris blogue-t-il.
    Je n’en veux pas à Sarko d’avoir tourné sa veste : Chirac, avec le temps, sera lâché par tous. Sarko l’a deviné avant les autres. Cela peut être aussi appelé de la clairvoyance.

  4. En ce qui concerne l’effet Sarko, une fois de plus tout le monde tombe dans le panneau. Sarko veut frapper fort à coup de fanfaronnades – et les pères-la-pudeur de la gauche de hurler au loup, de s’abandonner à leurs habituelles invectives (et hop, v’la que je te ressors le Le-Pen-In-The-Box). Sarko a raison sur un point : si la gauche a été sortie et peine à trouver un semblant de légitimité ici bas, c’est bien parce qu’elle a fait preuve d’un autisme dramatique, et qu’elle n’a cessé de trancher les liens avec sa base.

    Mais Sarko déconne à pleins tubes sur bon nombre de points – et j’ai bien de la peine à prendre ses gesticulations pour du travail sérieux. Je n’en isolerais que trois.

    1/ Que peut-on espérer des descentes de police médiatiquement assistées ? Et où sont les résultats ? OK, 3 des 4 criminels ont été chopés – la belle affaire (la moindre des choses surtout). Mais qu’ont-ils trouvé dans les caves de la barre Balzac ? Quel est le résultats des perquisitions ? Nul, néant, nada. L’efficacité exige la discrétion – à quand les planques diffusées en direct sur LCI ?

    2/ Ses récents assauts contre les libertés conditionnelles sont bel et bien la marque d’un gars qui tient davantage à simplifier la problématique de l’incarcération (à des fins purement électoralistes), plutôt qu’à prendre le sujet à bras le corps. Il ne s’agit pas de faire preuve d’angélisme, mais force est de la constater : la surpopulation carcérale, bien loin d’enrayer la criminalité, ne cesse de nourrir le mal. Un de mes amis a passé quelques années en maison d’arrêt, son verdict ? Les prisons sont des zones de non-droit où tout se trouve, où le racket est monnaie courante, et où il y a toujours moyen de rencontrer des criminels plus aguerris, toujours prêts à paufiner la formation criminelle de leurs jeunes co-détenus. En bref, lorsque tu en sors, ton bagage se trouve renforcé – et si aucune espèce de chance réelle (et pas de l’assistanat pur et simple) ne t’est laissée, alors tu continues à emprunter les traces qui t’ont mené derrière les barreaux, avec plus de détermination (parce que tu n’as pas envie de tomber de nouveau, tu useras de tous les moyens pour te « protéger », les plus violents si possible). Alors quoi ? Souhaitons nous résoudre le problème de la délinquance par ce qui ne manquera pas de plonger notre société dans l’hyper-violence criminelle (je songe au Brésil, aux Etats-Unis, à la Colombie) ? Certes, l’insécurité est bien là – la gauche n’a rien voulu voir, la droite n’aborde que sa facette la plus commode, et personne ne songe à traiter le problème en profondeur, sans rêver de solutions miracles (qui ne sont que d’autres moyens de ne pas répondre au problème).

    3/ Vous semblez tous avoir oublié le fiasco corse de Sarkozy 1… Mémoire sélective ? Plus facile de pavoiser dans certains de nos ghettos urbains que de tout faire pour empêcher de laisser une région tout entière aux mains de puissances mafieuses ?

    PS : Eh non, loin de moi tout gauchisme ! Juste une méfiance accrue dès lors que le politique s’efface derrière le sens aigu du spectacle. N’ajoutons pas la cécité à l’hémiplégie.

  5. VinVin> J’aime beaucoup le rôle de Président. J’ai été Président du BDE de mon école, mais ce n’était qu’un argument de drague par contre. J’ai ainsi rencontré Madame d’ailleurs !
    Mry> Ok, mais je signe où ?
    Bibear> C’est le bon côté de la note spontanée et non réfléchie !
    Ekzit> Ok, mais c’est moi le chef, et toi la petite main, ok ?
    Julie70> Attention, je dis bien que je ne connais pas le monde de la cité, mais je sais bien qu’il ne faut pas généraliser. ET on est sur la même longueur d’onde sur le « oui » pour quelqu’un et pas un « non » contre un système.
    Bettina> Tout pareil !
    AQW> Attention, je suis d’accord avec toi sur certains points. Mais l’essence de ma note était de mise plus sur un homme que sur un parti. Aujourd’hui, Sarkozy me semble l’homme le plus à même de tenir la barre d’un pays. Peut-être qu’il est plus efficace en tant que maire ou ministre, mais l’idée est son dynamisme au profit du pays. A gauche, je ne vois personne. Je pense pour résumer tes propos,que tu accuses plus Sarko de populisme. Oui, c’est vrai, il s’attaque à des clichés, mais je rebondis sur la note de Bettina où, au final, le peuple n’est pas si exigeant, et montre vite ses limites. Méfiance tout de même si tu veux.
    Folie> Opportuniste ! T’es bonne pour la politique toi !

    Le blog est vraiment le meilleur endroit pour s’exprimer. Tolérance, acceptation des différences, débats ouverts, tout le monde s’exprime. C’est une de nos chances, ici bas, de pouvoir dire ce que l’on pense. C’est beau je trouve.

  6. Je suis pas spécialement fan de Sarko mais s’il joue quand même bien sur les peurs; c’est un des rares à être instransigeant et sans demi-mesure !

    C’est une qualité que j’admire malgré tout et c’est rare chez un homme politique.

  7. Hicham> C’est exactement le point que je met en avant. Il agit !
    Folie Privée> C’est vrai que la relation entre l’immobilier et la politique est forte. Surtout sous les tables d’aileurs !

  8. Ayant été nommé à l’Intérieur par Hervé Resse, je me dois d’apporter ici une (ou deux) remarques.
    La première (donc au moins deux remarques) c’estg qu’AQW a raison sur pas mal de points, mais surtout sur le principal:
    Sarko est inefficace.
    Ministre du budget de Balladur: doublement de la dette publique en moins de 20 mois
    Ministre de l’Intérieur 1:voir ce qu’a dit AQW et ce que révèlent les stats du ministère
    Ministre des finances: il n’a pas réglé le recul de la croissance, a continué de vendre les avoirs de l’Etat pour tenter de masquer l’accroissement du déficit.
    alors, comme tout le monde, j’aimerais bien un politique qui travaille pour le Bien commun…Mais je n’en vois ni à gauche ni à droite.
    Une femme peut-être.
    Pourquoi pas Folie?

  9. leblase> hinhin. Pardon, je voulais dire, ok pour Folie ! C’est aujourd’hui la seule à pouvoir remettre ce pays dans la bonne direction…

  10. Tu as tout a fait raison, en france, il nous faut quelqu’un à poigne. Qui n’a pas peur de dénoncer les vrai pb. Cible numéro 1 les clandestins !
    Très fort ! Bien vu. Ils sont la cause de tous nos tourments. On le sait depuis longtemps. Entierement d’accord avec toi, on est bien mieux entre nous entre vrai français. continue a faire de bons billets comme cela, il faut convaincre ceux qui n’ont pas encore compris !

  11. Mazo> Si c’est ce que tu penses… Je ne pense pas que ce soit la priorité. De tout façon, il n’y a pas UNE priorité. Il doit y avoir une dynamique globale. Juste question, qu’appels-tu un vrai français ? Rien que cette expression cela ne veut rien dire. Je suis tolérent, je respecte les opinions des autres, mais je crois farnchement que tu t’es trompé de discours ici…

  12. APOLITIQUE: technique de camouflage pour « ratisser large », utilisée par la droite et les ultralibéraux de l’économie, qui consiste à prendre les citoyens pour des imbéciles, afin qu’ils votent contre leurs intérets, pour le maintien ou le développement des privilèges et dominations dans la société.
    L’apolitisme est antinomique avec la République sociale qui a pour devise Liberté-Egalité-Fraternité.

Laisser un commentaire