El Bulli, nous voilà enfin !

Hotelrosas L’avantage avec la Costa Brava, c’est qu’au début du mois d’avril, il n’y a pas un chat. Et donc les hôtels sont largement abordables. Notre petit hôtel (le Victoria, des entaines de chambres, donc petit pour les normes locales) est charmant… mais sans charme. Qualité Ibis. Spa en plus. Vue sur la mer méditerranée, un retour à mes sources… Marseillais je suis, marseillais je reste. Mon cœur reste bercé par les douces vagues de cette mer… On se paie une petite ballade sur le sable froid et humide. Il pleut. Un peu. Il y a du vent. On est les seuls couillons sur cette large bande de sable humide. On s’en fou. On est amoureux est on emmerde le monde entier ! Allez, il est à présent 18h30, filons nous habiller. Il est temps.

Dressing room
Alors là, je me la joue super simple. Paire de jean (D.), chemise (PS), veste (PS), chaussure (B). J’ai donc fait attention, mais sans trop en faire non plus. Néanmoins, je vais vivre un repas exceptionnel, je n’allais pas non plus enfiler mon plus beau survêt ! Madame Damdam se fait belle, comme à son habitude, malgré un éclatement de bas au dernier moment. Nous sommes tout beau, tout propre. Un peu de sable dans les pieds. Nous descendons au Lobby. L’amicale de pétanque belge qui s’était réuni dans cet hôtel catalan nous regarde passé comme des vaches regardent un Corail passé. Ca parle flamand. Nous, on a le trac ! Le trac d’aller au restaurant. Le trac d’aller à El Bulli. On a le trac, mais on aime ça. On est fier. Installé dans la 206, nous prenons la route.

Mappy Style
Mappy Ce qui est bien avec Mappy, c’est qu’ils vous indiquent des routes qui n’existent pas forcément. Ou qui n’existe plus. Ou alors qui ne sont accessible qu’avec des engins volants. En tout cas, il est 20h15 et on cherche depuis 30 minutes cette petite rue, à 265m à gauche… Raz la casquette, on s’arrête devant une baraque à frite.

« Por favor Señor, me puede decir donde esta la calle de la puta machina ? Par ir a El Bulli. »

« Ah, vous est française ? Votre route est mauvais. Pas bon. Existe pas. Pas possible. Revenir en arrière. Devant l’apothèque, tourne à droite. 5 croix. A droite. Et ensuite attendre El Bulli. »

« Heu… Merci ! »

De retour dans la voiture…

« Toutouille. Mappy, ce sont des cons. Je te le dis. »

Nous faisons route arrière, tournons à droite à la pharmacie, puis à nouveaux à droite au cinquième croisement. Un joli panneau El Bulli indique la direction. En gros, on est à 7 minutes de l’hôtel.

Sur la route cette fois !
Logoelbulli La route continue. Encore. Et encore. Sans fin. Nous sommes trois voitures à nous suivre. Pas de doute, vu l’environnement, nous allons tous au même endroit. Ca tourne. Et encore. Pas envie d’être malade maintenant moi… Et ça monte, ça monte… Ca tourne encore. Ca commence à descendre… Doucement. Et nous y voilà enfin. Un panneau « El Bulli ». L’entré est 50 mètres plus bas. 8h30, il n’y a pas de valet-parking. Ce n’est pas nécessaire non plus… Des sourires de gosses se dessinent sur nos visages. On y est. 10 mois qu’on a réservé. 10 mois qu’on attend ce moment. Nous ouvrons nos portières. Les cailloux chantent sous nos pas. Le vent tourbillonne. Les feuilles dansent. C’est une fête. Encore 30 mètres et nous voilà face à la porte. J’ouvre.

« Hola ! »

« Hi, we have a reservation for two. Name is Guinet. G U I… »

« Oui, bienvenu à El Bulli. Souhaitez vous visiter les cuisines avant de passer à table ? »

Nous sommes accueillis. On nous attendait. Nous faisons maintenant officiellement partie des happy few. La magie commence. Pour de bon… Oui, pour de bon.


10 commentaires sur “El Bulli, nous voilà enfin !

  1. Et apres hein, et apres ? El Bulli aura eu le grand merite d’avoir nourri votre blog pendant des jours 🙂

  2. Tu peux arreter les photos impersonnelles ? Je veux la bouille a Toutouille et sa moitie au bras du Maitre, the Master, El Maestro.
    Pleaseeeeeee !

  3. moi aussi je suis à Auchan, j’utilise leur connexion internet ! T où ? dans quels rayons ? celui des chaussettes ?

  4. sfffffffrrrrr … ayé je bave presque, si le prochain post n’est pas le détail (photos et commentaires) de chaque plat un par un … je pleure !

  5. Estelle> Exactement. Tout le monde mange bien chez El Bulli. Même les blogs !
    Folie> Attends la suite !
    Apnee> Le bouille de la Toutouille arrive. Mais pas le Maestro. Pas de photo du maître…
    Verso> Bah, j’y suis plus là !
    Cloe3c> C’est tentant… Mais non, je ne vais pas te faire pleurer…
    Mry> Du tout. Je suis maçon. Et toi ?

  6. Et la suite?
    On attend la suite!!

    Tiens, ça m’a donné faim ton resto…

  7. J’ai pensé à un truc, là.
    Ca fait longtemps en fait que j’y pense, au fur et à mesure que je lis ton récit de voyage.
    Mais j’ai honte d’en parler. Ca m’obsède. Plus rien n’a de goût, le monde est fade, il faut que ça sorte une bonne fois pour toute.
    Voilà.
    El Bulli, ça a quelque chose à voir avec El Rancho?

  8. bravo pour cette approche du resto auquel nous rêvons tous je crois… mais sans jeu de mot tu nous laisses sur notre faim….. la suite de ta description, pour quand? fais vite! il y a sur cette terre deux petits amoureux pour qui cette expérience à venir provoque un délir/désir……..

Laisser un commentaire