En cure… vers la normale

Airportexpress Je vous lis, je vous commente peu, j’écris encore moins. Plus d’internet à la maison, pas de temps au bureau, quand voulez-vous donc que j’écrive et que je poste moi ! Le côté spontané du blog, il se perd. Le commentaire sur les autres blogs aussi. Quoi que je n’ai jamais été un grand commentateur ! Plus souvent des traces de mon passage chez vous qu’autre chose.  Mais un jour peut-être, Free décidera de me raccorder ; à moins que cela soit France Télécom. Soit l’un, soit l’autre. Bref, j’écris, et je sais que je ne pourrais pas poster cette note avant demain midi, rendez-vous clientèle oblige. Visite de lieux pour une conférence de presse. À moins que j’aille trois numéros plus loin dans ma rue, une borne Airport nommée « Cats », sans aucune protection. La seule dans le coin, pourtant le quartier est infesté de routeurs WiFi (je garde cet acronyme anglais volontairement). Mais non, je ne le ferrais pas. Pour plusieurs raisons.

  1. Il faut mettre mes chaussures
  2. Il fait noir dehors
  3. Je suis certain qu’il fait froid aussi
  4. Non mais franchement !

Toutes ces raisons se valent pour moi. En plus, j’ai mes pieds bien au chaud sous les cuisses de ma petite femme, dans mon canapé. J’écris. Elle regarde la télévision. On ne communique pas pendant ce temps, mais nous sommes ensemble. C’est déjà bien. Et puis, 7 ans de mariage, je vous rassure, on ne tchatch pas des heures durant tous les soirs. Néanmoins, on est ensemble, c’est le principal. J’aurais bien pû allez à la soirée « Meet the bloggers, reloaded », mais boarf. Quelle idée de faire ça du côté de la Bastille aussi ! Le quartier le plus compliqué pour stationner. Un mardi soir. Non, je suis bien mieux chez moi, en famille, avec ce con de chat qui veut rentrer puis sortir toutes les deux minutes.

Au final, je côtoie le blog de plus en plus dans mon quotidien. Dînés à la maison avec d’autres « fameux » bloggers, projets professionnels, flux RSS, bref, le blog est noyé dans ma masse d’informations quotidiennes, est au final, perd de son joyau. De sa différence. Je consulte ma blog-roll comme je lis mon journal le matin. Normalement quoi. Le blog existe donc pour de vrai, dans la vrai vie. Mais je veux le voir briller à nouveau, comme avant…

Il y a un commentaire sur “En cure… vers la normale

  1. … bon pour le reste mouais, mais pour le diner, j’attends !

Laisser un commentaire