Une semaine avec le HP TouchSmart IQ500

Je ne sais pas si vous vous rendez-compte, mais les interfaces homme-machine n’ont pas bougé depuis des lustres. Quand on y pense, le concept de la souris est totalement aberrant et illogique. On peut faire mieux, c’est obligé. On a tous un peu fantasmé (technologiquement parlant je veux dire) en voyant Tom Cruise dans Minority Report en se disant que « ça au moins, c’est une interface kiffante ». Mais c’est juste du Hollywood, de l’interface en carton numérique. On reste donc avec notre mulot et ses 8 boutons, 3 molettes, laser, dépliable. A défaut d’innover sur l’interface, on en rajoute sur le hardware, pour donner l’impression que tout se joue dans la paume de notre main.

Puis Apple a sorti l’iPhone. Le rêve devient une petite réalité. On peut enfin manipuler des objets du bout de nos doigts, et ça marche. De nouvelles actions débarquent, comme le « pinch », pour pouvoir zoomer. Et ça semble même naturel. Manque plus que nos PC s’y mettent, à défaut de véritable convergence.

A là, mon pote Tristan me dit que ça existe. HP a lancé le TouchSmart IQ500 (je sais, le nom fait rêver) qui se pilote au doigt ! Est-il à la hauteur ? Est-ce le début de la révolution tactile ? Vais-je enfin pouvoir me débarrasser de ma souris ?

Je vous le dirais la semaine prochaine, car j’ai demandé à tester cette machine et je viens de le recevoir pour une petite semaine. Et je peux vous dire que la bestiole intrigue pas mal mes collègues.

Mon test ici, la semaine prochaine. Un test utilisateur, pas un test de geek.

DSC06300

3 commentaires sur “Une semaine avec le HP TouchSmart IQ500

  1. Tu vas te faire des biceps à lever les bras tout le temps.

  2. Va falloir changer les habitudes de ceux qui pointent du doigt sur l’écran.

  3. tu sais que le concept presenté dans minority report est tout à fait faisable?
    En couplant des trucs genre une wiimote et un des trucs genre Surface, il est possible d’atteindre ce genre de phénomène. Le seul problème, c’est que ça reste au niveau prototype. Un peu comme les voitures electriques, quoi. On peut faire mieux, ça existe déjà, mais comme on nous dit souvent, « le marché n’est pas prêt ».

Laisser un commentaire