Il y a des beaux rêves

Nuages Des rêves qui sont récurrents. Le rêve de cette femme, malade, allongée sur un lit. Quelques tuyaux l’aide encore à tenir, même si le sang se mêle déjà à cette poche d’urine, accrochée sur le côté de son lit. Les reins n‘ont pas du tenir le choc, l’attaque est trop violente, le sommeil trop profond. Fatigué de s’être battu, pour elle, contre sa maladie, contre ses douleurs, pour ses enfants. Pour sa petite fille aussi. Pour sa liberté. Ses pieds sont tendus, l’ambiance aussi. Son visage pas assez serein pour quelqu’un qui tarde à partir, pour rien. Des comptes à régler avant, surement. J’en suis certain.

Ce rêve se termine toujours par un souffle. Un soupir. Du soulagement surement. Puis plus rien. Rien de bien différent finalement, juste ce faible souffle  qui s’arrête. Même pas brutalement, mais sagement. Un soulagement pour elle, pour ses proches. Ses très proches.

Cette image de cette femme dans cette chambre de ce centre de soins palliatifs du XVe revient souvent. Mais je ne la crains pas. Je ne la rejette pas. Je l’apprécie. Elle est tendre.

La dernière image de ma mère, c’est tellement important.

13 commentaires sur “Il y a des beaux rêves

  1. ?!?

    OK.

    Je vais me boire un petit coup de jaja avec un reste de saucisson.

    P’taiN…

  2. Oui, c’est tellement important.
    Je t’envie de pouvoir avoir cette image sereine en tête… j’ai hâte de pouvoir me souvenir de ce 22 juillet 2005 avec la même sérénité.

  3. Aller au bout de sa vie, tout au fond. Ne rien rejeter, essetiel. Admirable ton texte. Merci!

  4. J’ai lu.
    Papa aussi a lu parce que je lui ai dit d’aller voir.
    C’est donc à ça que ça sert un blog…

    La bise p’tit frère.

Laisser un commentaire