La relation agences/blogueurs

La relation entres les blogueurs et les agences de communication est assez particulière. Il y a encore quelques années, quand une marque nous contactait pour nous proposer de tester un produit, nous étions honoré d’avoir été reconnu pour notre expertise à pouvoir parler du produit. Ou bien d’en parler à la bonne cible. Les vautours ne s’y sont pas trompés et des hordes d’opportunistes ont débarqués. Certains avec talent. D’autres beaucoup moins. Ces derniers me débectent. Figurez-vous que certaines personnes se considèrent comme des blogueurs, alors qu’ils ne sont que des relais à communiqués de presse et éponges à Champagne. Ce qui arrange souvent bien certaines agences. Je me demande d’ailleurs comment ils expliquent les retombées à leurs clients. Je ne citerais pas dans nom, mais ces gens là ne sont pas dans mes flux RSS (et non Gonzague, ne soit pas parano, je ne parle pas de toi !).

Ce n’est pas mal d’accepter les sollicitations des agences. Évidement, facile de le dire sachant que je bosse moi-même dans une de ces agences. Je ne suis pas un anti-billet sponsorisé non plus. Il faut juste assumer et respecter son audience en sélectionnant de relayer les bonnes campagnes. Quand j’ai été sollicité pour tester les produits Bonne Maman ultra-frais, j’ai dit oui directement. Je parle déjà pas mal de bouffe ici, je ne pense pas tromper mes lecteurs. Par contre, parler du petit frigo rouge tout mignon qu’ils ont offert avec (oh, vendu !), bah je n’en parle pas, ça ne sert à rien, et je pense que le client de l’agence préfère qu’on parle de ses produits, non ? En tout cas, c’est mon approche et celle de l’agence pour laquelle je travaille. Tout comme je pense que l’éditorial a plus de valeur qu’une bannière. D’ailleurs, inutile de ma balancer vos bannières, il n’y a pas sur mon blog. C’est comme ça. C’est chez moi et je respecte mes lecteurs suffisamment matraqué sur des supports à bien plus forte audience.

De la même façon, quand L’Oréal et Airness s’associent et m’envoient un pull avec un save the date, je n’en parle pas. Pour dire quoi ? Rien, attendons d’en savoir plus. Je suis juste embêté avec ce pull, car je ne sais pas ce que je suis sensé en faire. Est-ce un accessoire pour une soirée ? Vu le manque d’instruction, je pense bien que le petit gars qui dort sur les grilles du métro du coin va surtout en profiter, lui. En tout cas, je ne fais pas parti de ceux qui montent de véritables business sur eBay avec leurs « cadeaux ». Et message à Madame, il s’agit bien d’un pull Airness et par Hermes !

Bon, tout ça pour en venir où ? Nulle part. Je suis chez moi ici. Je parle de ce que je veux. De ce qui me plait. Ou pas. Donc oui, agences et marques, contactez moi, mais surtout, dites moi avant de quoi vous voulez me parler. Vous économiserez peut-être de l’argent, car je ne fais pas parti des blogs « copy&paste ».

21 commentaires sur “La relation agences/blogueurs

  1. héhé étonnamment je ne me reconnaissais pas là dedans en fait 🙂

    Mais je te l’accorde il y a des opérations dans lesquelles on se demande quel est le ROI pour les sociétés

    Tu prends l’exemple de Bonne Maman, j’ai envie de prendre celui de Diesel : si j’avais reçu une bouteille de parfum toute bête je n’en aurais sûrement jamais parlé alors que là le côté bling bling me donnait l ‘occasion d’avoir une approche décalée sur le produit

     » En tout cas, je ne fais pas parti de ceux qui montent de véritables business sur eBay avec leurs « cadeaux » » –> Des noms des noms 😛

  2. Disons que le pull y’a une raison encore plus forte de ne pas en parler : c’est tout simplement une horreur…

  3. Tu parles de bouffe toi ici ? Je croyais que tu n’aimais que la junk food 😀

  4. mais ça existe encore ces guérilleros des blogs ? et il y a des agences qui se laissent prendre au jeu ?

    ça me rappelle certaines méthodes des relations presse qui consistent à mettre un communiqué sur un site de reprises de communiqué et de dire au client : tiens, on a une nouvelle retombée… »

    Quantité Vs qualité…

  5. Faudrait les citer les noms un jour !!! Je me demande s’ils se rendent compte eux même qu’ils sont de vrais parasites…

  6. Tiens justement à propos du « quanti » vs « quali », si il y a un truc qui m’énerve bien (et je suis loin d’être le seul), ce n’est pas les agences qui font du quanti (avec une grosse base de données de blogueurs qui fait leur fierté), à la rigeur, c’est leur droit.

    C’est les agence qui font du quanti (toujours avec la même « grosse » base de données) mais qui crient à qui veut bien l’entendre qu’ils font du quali, de l’innovation, et de la création.
    ça, ça m’énerve.

  7. On a la même philosophie là dessus et nous en avons déjà parlé ensemble ! Rien à dire donc…quoique sur la relation blogueur je pourrais en écrire des pages…
    Bon ben je laisse un com juste comme ca pour dire bonjour à mon copain 🙂

  8. Mon chien récupère les pulls et autres horreurs que je reçois… et dont je ne parle pas. En attendant, lui, il est content…

  9. Très intéressant ce billet !

    J’ai l’impression qu’il faut surtout que les agences/annonceurs/bloggers parviennent à rendre plus mature cette relation. Elle en sera plus saine et plus efficace.

    C’est marrant, je croyais que sur ton blog, tu avais un carnet de bord avec tous les cadeaux que l’on t’offrait… Du coup, je me demandais qui pouvait bien t’offrir un avocat tout pourri ou des boudins blancs :))

  10. Mais c’est de ça que je parle depuis des années !

    La conspiration des skyblogs kikoo lolistes qui ont adoptés une ortographe presque propre depuis leur majorité.

    Moi j’en fais quoi d’un pull Airness taille M alors qu’il est à Paris et que je suis à Montréal ?

  11. Quand je pense que j’avais gentiment proposé à Medhi de rejoindre Heaven… pt’ain aujourd’hui je pourrais avoir un pull Airness, merde…

    mouarf airness, la loose…

  12. Douce France. J’aime bien ce genre de points de vus. Finalement, je suis assez d’accord.

    Sinon la bannière Ciao, elle s’est perdue ? J’dis ça, je dis rien après tout.

  13. Douce France. J’aime bien ce genre de points de vus. Finalement, je suis assez d’accord.

    Sinon la bannière Ciao, elle s’est perdue ? J’dis ça, je dis rien après tout.

  14. Baptiste> Bon point la bannière Ciao. Mais en fait, ce n’est pas une pub, mais du netlinking. D’où le fait qu’elle soit tout en bas, pas trop visible. C’est payé, cash, pour 6 mois, sans contraintes, et sans pollution visuelle. Pour être honnête, je me fais aussi un peu d’argent avec des Google AdSense, mais je les mets seulement sur mes pages bien référencés, 3 mois au plus tôt après leur publication. Je ne gène pas mes lecteurs, et j’expose publicitairement ceux qui cherchent une info précise. C’est assez cohérent je trouve comme démarche 😉

  15. « éponges à Champagne » : j’adooore ! Allez, balance les noms !

  16. Les noms se font attendre, oui. Quitte à balancer des parasites que tu dois croiser à toutes les soirées hype pseudo-blogueuses, autant ne pas le faire à moitié. (Et ça aiderait les agences aussi, non ?)

  17. Une fois n’est pas coutume, je pense qu’il n’y a aucun besoin de balancer des noms pour denoncer ce genre de dérives. Il suffit de parcourir un peu de blogs sur la scène française pour distinguer ceux qui écrivent en y ajoutant de la valeur et les autres opportunistes en attente du prochain Colissimo débile.

    Les agences qui sont dans ce créneau le savent parfaitement et c’est tellement plus simple d’opérer de cette façon que de chercher á se différencier. En même temps, le filon marché, pourquoi ne pas l’exploiter jusqu’à la moelle?

  18. Hello Damdam,
    tu as eu tout à fait la bonne réaction : ne pas parler du pull Airness… car ce n’était pas l’objectif de notre envoi!
    Il s’agit juste d’un petit teasing avant la soirée.
    wiLLoØ : pardon, on s’est basé sur l’adresse de notre dernier envoi à ton attention. En espérant que tu pourras toujours l’utiliser à ton retour de Montréal! 😉

Laisser un commentaire