Marché pas si conclu…

T070873aJ’adore aller au marché. Odeur et saveur, envie et frénésie, papilles et pupilles, tous nos sens s’éveillent. Et comme j’aime cuisiner les produits frais (et oui, pas seulement les pates, les lentilles et autres purées de pomme de terre deshydratées…), j’ai bien souvent pas mal de boulots en revenant de ces halles éphémères. Pourtant, je ne sais jamais, mais bien jamais, ce que je vais préparer. Et je suis incappable d’anticiper. Aussi, je reviens bien souvent du marché avec les mêmes produits que la semaine précédente. Lui-même identique, etc. La créativité intervient qu’au niveau du poulet grillé au bouquet de fleur, encore une fois, le marketing olfactif.

Pourtant moi aussi j’aimerais avec mes neuronnes en fête face à ces étales remplits de légumes, d’abbats, de charcutailles de notre pays. Et d’autres. Pouquoi chez le boucher prends-je toujours les mêmes morceaux ? À part un léger écart avec des topinambours (excellents par ailleurs), notre classique patate à de beaux jours devant elle chez nous. Pour cela, j’admire Pascale ou Estelle qui nous pondent des recettes simple, facile d’accès, avec des produits classiques aussi. Pouquoi y arrivent-elles, elles ? Le cerveau de la femme est-il plus adapté, plus sensible ? On ne peut pas être bon à tout, certes, mais tout de même. Je pense avoir assez d’ouverture d’esprit pour repartir avec des produits interessants et pouvoir proposer à ma petite famille une palette culinaire plus large… Adepte du « Think Different », je suis un pépère du cabas. C’est triste ça.

Ce soir, j’ai eu droit à ma saucisse de Morteau avec ses patates. C’est bon, c’est saint, c’est gras. Donnez-moi vos ficèles. Votre petit truc à vous sur le marché, c’est quoi ? Que j’impressionne ma petite femme. Que je lui fasse pétiller ses yeux. Sans que je passe ma nuit dans les fourneaux non plus hein, sinon, je vous raconterais quand les résultats !

8 commentaires sur “Marché pas si conclu…

  1. Que vois-je ? Mon nom a cote de celui de Pascale, quel honneur ! Une petite rectification cependant : je ne ponds pas vraiment de recettes, elles sont pour la plupart tirees de livres ou de magazines. Cela dit, j’attends avec impatience le jour ou je bidouillerai des concoctions comme une artiste 🙂

    Pour ce qui est du marche, je te comprends completement : c’est vrai qu’on est souvent tente d’acheter ce qu’on connait. Et la monotonie s’installe. J’achete souvent les memes produits mais pour 2 legumes que je connais, je me force a en piocher un 3eme que je ne connais pas ou peu. La derniere fois que je suis allee faire les courses, j’ai par exemple achete des bettes a carde que je n’avais jamais mangees. Je n’ai pas trop aime mais au moins j’ai essaye et ca m’a permis de casser la routine.

    Un autre truc, c’est que je suis abonnee a 2 revues culinaires, ce qui m’inspire enormement. C’est bien d’avoir des livres de cuisine classique mais on tourne tres vite en rond. C’est bien dans ce cas de completer avec des magazines; dans mon cas ca m’a permis de decouvrir de nouvelles manieres de cuisiner, de nouvelles techniques ou de nouveaux ingredients.

    Bon courage !

  2. Moi je suis abonnee a Estelle !! Comme elle je collectionne les livres de cuisine. Les marches de mon ile de Georgie sont encore plus routiniers que toi (c’est dire) toujours les meme produits. Mais jamais, jamais je n’acheterais de cacahuetes bouillies !
    Je ne sais plus dans quel film debile, l’actrice prend une carte de Paris et jette son crayon dessus, la ou il tombe elle ira. Essaye ca. Non, pas au marche !! Tu ouvres un bouquin de cuisine et la recette sur laquelle tu tombes tu l’essayes. Et tu racontes. Avec ta verve, ca nous feras au moins 10 blogs 😉

  3. Mon truc sur le marché c’est d essayer de deviner le nom des legumes.
    Je sais pas si ça va impressioner Madame Dam des masses.

  4. J’avais entendu parler de potes de potes qui faisaient des diners à plusieurs. Le concept que je reproduis ou améliore, va savoir :
    plusieurs se retrouvent ensemble dans une cuisine pour concocter un menu multi mains, l’un pour l’entrée, l’autre etc…Donc tout le monde cuisine ensemble (utile pour piquer les recettes des autres !) et continue sur le diner…
    Je trouve ça super sympa, j’aimerai bien tenter…
    ça pourrait quasi faire un nouveau concours !!!

  5. Mon petit truc personnel (entre gars faut s’aider, hein, parce qu’on n’est gaté de naissance):

    Tu ouvres un bouquin, ou revue, ou chose, de cuisine, tu choisis une recette au hasard, puis tu regardes ce que tu as sous la main et tu improvises.

    Exemple:

    Donc, au hasard « Consommé de rabioles aux oranges et carri ». Ah, zut, pas d’oranges. De toute façon, les fruits dans la soupe, mouais, bon, bof. Rabioles donc. Rabioles? Rabioles? Késséstafère? Allez hop, patates, c’est plus dans le connu. Donc, couper en petits morceaux, cuire en grande eau, égoutter, tout ça tout simple. Ensuite, mixer, ajouter le liquide. Hola! Y en a ben d’trop du liquide, ça va être juste de l’eau. Allez, on coupe par deux. Ne soyons pas mesquins, par quatre. Puis carri, carri, carri… j’a pas! Tant pis, sel, poivre, c’est classique mais c’est bon. On réchauffe le tout quelques minutes et hop! « Purée de patate au sel ».

    Tu vois comme c’est simple.

  6. Mon truc à moi sur le marché, c’est disons un
    mélange de simplicité et d’efficacité.
    1ère règle ne jamais se précipiter, donc prendre
    son temps, le mieux est de faire trois fois le tour avant de se décider.
    c’est le meilleur moyen pour découvrir de nouveaux produits, à des prix avantageux.
    bien sur tout cela dépend de la taille du marché
    mais on fait souvent de bonnes affaires quand on
    prend son temps.

Laisser un commentaire