Métro Boulot, Dodo

Mes journées de semaine sont particulièrement bien rôdé. Je vous laisse le constater.

Acte I – La Matin
Metroparis Après avoir déposé ma fille à l’école à 8h30, je file prendre mon bus qui me mène directement au métro. iPod sur les oreilles, je suis dans mon cocon, faut pas me chercher. Idéalement, j’écoute ma playlist très limité de 10 morceaux que je connais par cœur ; Éventuellement, l’album du peuple, de François Pérusse – je suis fan de calembours. En arrivant à 9h au bureau, j’allume mon poste que j’avais soigneusement éteint la veille au soir (développement durable, il faut éteindre son ordinateur et son écran le soir !). Le temps que le veau mon bel ordinateur démarre, je file me faire un café. Notons au passage la non mesquinerie de l’agence qui propose du vrai café (des capsules suisse, si vous voyez ce que je veux dire). Comme je suis nul pour gérer les surprises, je prends toujours soins de checker mes courriels depuis chez moi avant d’aller à la mine. Au moins, au lancement de Notes, peu de surprises. Assis devant mon bel écran CRT, je commence ma grande tournée des sites de news. CB-News, Les Echos, ITR, JDN, Silicon, MacBidouille, 01Net, SexyBunny, ZDNet, bref, des trucs qui ne donnent pas la trique. Quoi que. Je bois mon café tranquillement. Il est 9h30-9h45, l’agence se remplit, je me met au travail… ou alors se sont mes clients qui me mettent au travail, je ne sais plus…

Acte II – La Pause Déjeuné
Je vais décevoir, mais l’art de la gastronomie française se perd. J’écris cette note avec mon index droit (très classe) et avec un Pan-Bagnat (qui n’en a que le nom) dans la main gauche. Étant droitier, je ne vous dis pas la catastrophe. Je m’enfilerai ensuite une tartelette citron amplement mérité et j’anéantirais mon Ticket Resto avec ce magnifique croissant aux amandes. Pas très sain ? Pas trop gras néanmoins. Le reste de ma pause se poursuit devant cette page blanche qui l’est de moins en moins. Des caractères noirs, parsemé de traits rouge et vers au gré de mes fautes d’orthographe et de grammaire. Nous dirons que c’est de l’art moderne. En trois clicks droit, cela devient de l’art éphémère ! Control-S, bigre que je préférerais faire Pomme-S ! Je continue ma note sous l’odeur du poulet basquaise de ma voisine d’open-space.

Acte III – La Sieste – La Reprise
On passe au déca. Des capsules « no stress » donc du même fabriquant suisse, c’est géographiquement logique. C’est mon médecin qui m’a dit de boire moins de café et plutôt des décas. Pour moi, c’est pareil, donc si ça peut la rassurer… Le seul truc, c’est qu’il est plus difficile d’émerger à 14h qu’à 9h. Demain, j’essaie le déca le matin et le kawa à midi. Le rythme va reprendre sur la sonnerie à 140 bpm de mon téléphone, entrecoupé d’appels sur mon mobile à la tonalité « 24h Chrono » (qui ne fait qu’exploiter la sonnerie de base des téléphone IP de Cisco, mais bon). « CTU, Jack Bauer j’écoute » ? Généralement, sur le mobile, ma petite femme me demandant à 15h ce que je souhaite manger le soir. Ou plus exactement qui me dicte une liste de course à faire. Tellement plus sympa de rentrer chargé en métro + bus le soir.

TetuActe IV – Damdam … go … home
A partir de 18h30 j’envisage très sérieusement à cesser toute initiative. Pas planqué, mais j’ai ma fille à récupérer chez sa nounou. Et le moins elle est exposée à la fille de la nounou, le moins elle est briefé sur la « Scarademy ». A 4 ans, c’est moyen. 2kg de patates plus tard et 1 poulet jaune au bout de mes bras, les portes du métro se referment. Je fais la gueule. Mon iPod est marqué par le temps. Son endurance et ses performances sont dignes du septuagénaire sans son Viagra. Hors de question que lise de l’information défraîchie de se matin dans le vieux 20 Minutes qui traîne par terre. Oh, j’ai bien Têtu dans mon sac, dont je dois étudier l’ours, mais bon… c’est pas trop mon orientation sexuelle, alors de là à m’afficher dans le métro en train de lire un article sur « Tous les sex-club au banc d’essai », moyen… (véridique, bien entendu). On s’entasse ensuite tous dans un bus, et on prie pour qu’aucune flatulence ne s’échappe chez nos voisins… « Oh, my God ! ».

Acte V – Judo et autres pirouettes
Je passe devant cette grande agence de pub. Je reprends mon beau sourire méditerranéen ; ils sont tous en train de bosser. Encore ! Moi, je rentre. P1290008J’arrive. Saleté, signe du destin, à la regardé avec cette tête, j’ai marché dans une déjection canine. Je continue mon chemin, l’air de rien, en traînant mon pied droit. J’arrive chez la nounou. Je me frotte bien les pieds sur son paillasson et je sonne. « Bonjour ! ».  Re mon beau sourire méditerranéen,. Ma fille me fait sa parade. Prises de judo, gymnastique acrobatique et autre danse scarademitienne. Elle semble contente de me revoir. On rentre à la maison. Je mets mes babouches. Le monde est enfin à moi. Ma femme rentre. La vie commence. Il est 20h.

6 commentaires sur “Métro Boulot, Dodo

  1. Monsieur Caca> Bin, tu vois, après une journée de boulot, je suis fatigué tu comprends, donc, en fait, le truc, c’est pas que je la laisse gagner, mais un peu tout de même. Et, tu vois…
    Ok, ok, t’as gagné ! Enfin, non, elle elle gagne ! Pffff…. Mais je me rattrape le week-end à vélo, là, c’est moi qui gagne !

  2. Mais il font pas lotus notes sur mac?
    Il me semble que si j’avais meme jouer avec la version il y a un an environ…un petit mail a la direction informatique peut etre?

  3. Je milite pour le Mac en entreprise. Un Mac Mini aurait toute sa place. Et je confirme, Notes fonctionne sur Mac. Néanmoins, Notes face à une solution IMAP, je crosi que ce serait vite vu… Mais bon…

  4. Remarque, mieux vaut ramasser un vieux 20 minutes par terre dans un bus, qu’un vieux têtu par terre dans un sex-club.

Laisser un commentaire