Parfois, je suis pas content

Le prochain qui me dit « hey, tu te rends compte du nombre d’enfants qui sont exploités à cause de ta collection de Nike », je lui casse la gueule. Même s’il est plus grand que moi, ce qui devrait être assez simple. Aussi simple que sa remarque à la con. Je préfère qu’un gamin travaille dans une usine plutôt qu’il se prostitue ou mendie dans les rues. Ouais, je suis comme ça. L’équipementier américain au swoosh a, sous la pression, interdit l’accès à certains de ses ateliers d’Asie aux enfants. Crise. Le travail des ces enfants représentaient parfois la seule entrée d’argent de nombreuses familles. Ces mêmes enfants ont d’ailleurs manifesté devant les portes de l’usine. Pourquoi ne pouvaient-ils plus travailler ? La réponse qui était qu’en occident, les enfants n’ont pas le droit de travailler, ils ne l’ont pas compris. Et puis, culturellement, qui sommes nous pour faire la morale alors que tous les jours des charters partent vers la Thaïlande avec des pervers d’Européen qui eux, préfèrent justement ces gamins sur le trottoir pour se les offrir à coup de quelques euros. Oui, je porte des Nike, toujours. Et quelquepart, j’espère que c’est un de ces mômes qui a travaillé dessus.

Le problème, il est bien ailleurs, il existe bien, ne nous voilons pas la face. Les conditions de travail notamment. Il y a certainement des choses à faire et cela doit être la responsabilité du fabricant, je l’admets. A améliorer, à surveiller et à réglementer. Et il le faut impérativement. Et comme me le rappel à l’instant Arnaud, il faudrait surtout consacrer plus de temps à l’éducation. Je ne parle ici que d’une vision à court terme. A moyen terme, il y a beaucoup de (bonnes) choses à faire.

Ce coup de gueule, il vaut pour tous les autres, tous ceux qui sous-traitent dans les pays où la main d’œuvre est moins qualifiée (dont moins cher), ce qui délocalisent aussi, car ne nous voilons pas la face, nous avons le droit (le devoir ?) de donner aussi du travail en dehors de notre propre pays (je ne parle pas de délocalisation massive). La pente est savonneuse, je ne m’y engage pas plus, mais merde, oublions les frontières, ne sommes nous pas tous des hommes après tout ?

Sinon, 2007, je ne sais vraiment pas pour qui je vais voter. Vraiment pas…

14 commentaires sur “Parfois, je suis pas content

  1. Damien je voulais te dire un truc, j’espère que tu m’en voudras pas mais hey, tu te rends compte du nombre d’enfants qui sont exploités à cause de ta collection de Nike ?
    signé l’anonyme Resse qui n’a peur de rien et qui se venge platement

  2. sujet hyper dur.
    d’un coté :
    Notre révolution industrielle était basée sur le travail de tous, enfants compris, à ce titre on devrait laisser tranquille les législations du travail des pays en voie de développement ?
    de l’autre :
    Nos pays on été le théâtre de la prostitution enfantine, a ce titre on devrait laisser les touristes pédophiles tranquilles ?
    Peut être trouver un arrangement permettant le meilleur pour ces enfants :
    les enfants dans une école gratuite financée par l’entreprise occidentale et les parents travaillant dans l’usine et payés selon les tarifs en vigueur du pays ? (ca dois exister en plus, non ?)

    et puis toujours taper le premier et en bas, c’est l’avantage des petits et moyens contre les grands !

  3. Tu lui as demandé si il avait arrêté d’acheter des dessous Aubade à ton ami ?

    Attention à la pente, parce que il est tout de même important de ne pas se plier aux us et coutumes locales que lorsque cela nous arrange économiquement…

    Il est des fois, où il faut économiquement imposé des politiques d’ordre publique… Mais comme tu le dis si bien : Ne nous mentons pas !

    @ mry => Sergent recruteur ? 😉

    @ Môsieur Resse => Là, tu vois tu profites de la situation !

    @ Frogita => T’es pas toujours méchante toi ? 😛

  4. mry> On cause pas assez ensemble…
    Frogita> Egocentrisme bloguien, j’adore 🙂
    Môsieur Resse> Prend ça !
    Arno> Merci de relever tout ça ! Je te rajoute une dimension religion dans l’équation pour la peine
    Pem> Tout à fait, pas laisser faire, mais l’occident n’est pas toujours le mieux placé pour faire la morale. Ne pas chercher un juste milieu. Seulement le juste (petite pensé à une réplique du dîné de con).

  5. Bah ouais… cette semaine je sais pas ce qui me prend mais là suis super égocentrique.
    Et monsieur Pem pas la peine de rajouter quelque chose c’est à peine si nous nous connaissons, non mais…
    Sinon pour le sujet de la note, dure réalité, mais quelle age ont les enfants qui bossent dans ces usines? Je me rappelle avoir vu un reportage sur des enfants fabriquant des briques accroupis toute la journée.. à peine 5 ans, l’age de mon neveu à l’époque, mon petit bout de chou… Tu imagines miss lili allant à l’usine alors que tu en as été de ta petite larme pour sa rentrée?

  6. Sujet très sensible. Honnêtement, c’est juste super difficile de se positionner pour ou contre la politique sois disante « d’exploitation » de Nike.

    Je me souviens d’un billet chez Fubiz où il parlait de la nouvelle paire d’Air Max, une personne anti-Nike est intervenue en disant qu’elle trouvait scandaleux que des personnes s’emerveillaient devant une paire de baskets à 100€ et de surcroît fabriquées dans une usine du tiers-monde (Ben ouais, faut le dire).

    Je lui ai demandé quelles chaussures portait la personne et elle m’a répondu naïvement, une paire de chaussures banale à 30€ ! A ce prix la, ça venait surement du bottier artisan du coin qui passe 20h pour fabriquer une paire de godasse !

    Alors qu’est ce qu’on doit faire ?

    On évite de se prendre les reflexions qu’a pris Damdam en n’achetant pas de Nike, ni d’autres paires de chaussures fabriquées dans un pays du tiers monde ou en développement ?

    Ou on va tous s’acheter des Hugo & Enzo (oui, genre je m’y connais) à 400€ la paire, Made in Italy (pour au moins la partie finale) et pour se taper plus tard la réflexion : « T’es malade, 400€ pour une paire de chaussures alors que des enfants meurent de faim !? »…

    Difficile dilemme, non ?

    (Tiens, c’est marrant, changez le terme « chaussures/nike), mettez n’importe quel produit à la place, et le raisonnement est toujours le même…)

  7. tu es contre le voile? parceque tu dis deux fois qu’il ne faut pas se voiler la face !
    Sinon: « hey, tu te rends compte du nombre d’enfants qui sont exploités à cause de ta collection de Nike »

  8. En somme mieux vaut un enfant industriellement exploité que sexuellement exploité. On appelle ça « le moindre mal, ou la meilleur façon de se chausser pas trop cher ». C’est ce qui s’appelle avoir la morale dans les chaussures. Brr.

  9. Voici ce que j’en pense…:

    Il est certain que je suis à 100% contre le travail et la surexploitation des enfants mais je suis aussi contient qu’ils ont besoin de la rentré d’argent qui l’accompagne. Donc personnellement je crois qu’avant de leurs interdir l’accès aux usines il faut agir de façon responsable. Par exemple leur fournir une place en classe avec un léger support financier aux familles. (Ca ne devrait pas être difficile d’égaler leur salaire…Ou encore partager leur temps étude/travail et la subvention pourrait provenir de l’employeur.) Ou de s’assurer que tout employeur qui ce fait prendre à payer ses jeunes employés en dessous du salaire fixé ce voit imposer de très sévère amandes voir la fermeture.

Laisser un commentaire