Terrasse au soleil

Il est un temps pour tout. Ce week-end, mon temps devra se partager entre la chasse aux pousses de bambous hors de mon territoire (amis voisins, j’assume mes plantations envahissantes) et la préparation de mes vacances. En fait, cette préparation, je la prépare un peu du bureau, mais ça, il ne faut pas le dire. En l’absence d’internet au domicile conjugal, j’avoue venir avec mon portable perso au bureau pour télécharger info sur de l’aérien, du ferré, des péages et autres locations possibles pour le mois d’août à venir. Les probabilités que je me retrouve dans l’arrière pays du pays d’une folle privée sont très élevés. Néanmoins, je reste « open » sur toutes autres destinations plus exotiques, tant que le français ou l’anglais y sont parlés.

Photo_paris_rue_04_31_18 En même temps, ces chaleurs épuisante de ces jours me font plus penser à la Laponie, Gaspésie, Islande et autre pays froid ou la clim n’est qu’un accessoire de mode, futile et inutile donc. Mais là, ce sera plus pour janvier-février. En 2006 donc. Ca fait loin. Mais ces paysages blancs sur fond blanc, où tout n’est que jeux d’ombres et lumières, je trouve cela merveilleux. Mais revenons à nos glaçons. La chose merveilleuse avec ces températures, c’est le grand retour des terrasses et de ses macrelages. Matter les jambes des filles. Matter le style des gars. Comparer, se moquer, mais s’en foutre finalement. Car j’ai le plus grand respect en la différence. Et que ce n’est pas méchant. Hier, entre deux rendez-vous, j’ai pu me prêter à ce petit jeu. Dans le Marais en prime. Perrier tranche à la main, iPod sur les oreilles (enfin, les écouteurs en tout cas), je matte, j’observe, je décortique. Hype, car c’est la guerre des clones. Pas mal de bicyclettes aussi. Les jupes se sont raccourcis, c’est certain. Je prends des photos avec mon 7710 que j’MMS à Madame Damdam pour la narguer. Elle n’apprécie pas mes clichés facétieux. A moins que ce soit ma position, alors qu’elle est postée au dernier étage d’une tour d’Aubervilliers. Avec la clim cela dit (ce qui n’est plus à la mode depuis la canicule de 2003, car « tout le monde en a une »). Ca continue de défiler. A croire que dans la rue des Francs Bourgeois, personne ne travaille… Pas plus que moi à ce moment donné cela dit. J’analyse. Tout est dans la paire de lunette de soleil. Persol et Ray Ban. Il y a des yeux derrières ces miroirs.

Le temps passe, j’enchaîne sur mon second rendez-vous. Un déjeuner client. Nous ne sommes pas en terrasse. Mais dans l’arrière salle, caché, au calme, et avec la clim. Si ce n’est pas triste… Et moi, pendant ce temps, je pense à mes vacances, celle de cet été, où je retrouverais mes amis les clones, et je l’observerais, depuis une terrasse cannoise.

11 commentaires sur “Terrasse au soleil

  1. Et bien moi c’est une magnifique vue sur ….. MALAKOFF wahou non ça le fait non ok je comprend madame DamDam la vue sur Aubervilliers …. que dire dépaysement assuré ya des fois ou l’on est mieux chez soi peut être ! veinard va ….

  2. suis toujours au 28 bis, et j’attend de recevoir tes photos pour moi aussi rêver…

  3. Tu es un fin observateur… effectivement, les jupes ont raccourcies, le tee shirt est plus moulant et la peau commence a dorer.
    Vive la période estivale et les terrasses ensoleillées !

  4. P’tain gars je serai pas loin non plus. Avec Folie et toi, plus qu’un et on peut se faire une coinche !!!

  5. Arf. je vous rejoindrai bien pour une coinche ou un tarot…
    Mais l’été s’annonce chaud et sans vacances, alors…
    Enjoy 🙂

  6. Poker ou tarot (mais pas coinche, je sais pas y jouer). Peux m’arranger pour le trajet… Bientôt ruiné, mais justement, ce sera l’occasion de me renflouer. Ha !

Laisser un commentaire