Une nouvelle espèce

J’ai déjeuné ce midi avec deux jeunes blogueurs de l’ouest parisien. Un petit restaurant coréen bien sympathique, en plein centre de Boulogne-Billancourt. J’ai vraiment passé un très bon moment à découvrir ces personnes très actives dans la blogosphère. Mais le vieux con de 34 que je suis ne peut s’empêcher de comparer. Et oui, ces jeunots parlent de billets sponsorisés, de la relation avec les agences, quelles soient RP ou digital, des produits prêtés, des cadeaux, de 35h du lapin… Et tout cela de façon très naturelle, sans le moindre tabou. Ce sont des éléments « normaux »  dans leur environnement de blogging. Logique, ils sont nés avec. Rien de choquant, loin de là, mais c’est juste incroyable la vitesse à laquelle ce que nous avons vu naitre a été assimilé par cette nouvelle génération. « Enfants », nous osions à peine parler du classement Technorati (les dinosaures comprendront) et l’occasion de se rencontrer IRL était rare, donc précieuse. Souvenir… Ma première rencontre avec mon boulet numéro un (le moule, le master quoi) me faisait peur. J’aimais le lire, commenter chez lui, savoir qu’il venait me lire aussi, mais le rencontrer en vrai, à quoi bon ? Point de Social Networking à cette bonne époque. Ce n’était pas « disable » en tout cas ! Bref, je me confirme de plus en plus que la notion de blogosphère, d’appartenance à un groupe, une tribu, ne m’intéresse pas. Je veux rencontrer des gens qui m’intéressent, avec qui je vais pouvoir partager, ou construire. Pas juste rencontrer du blogueur pour rencontrer du blogueur.

Note: Par contre, le restaurateur ne nous ayant pas offert le repas, malgré un bon PR de 14 en cumulé, je ne donnerais pas l’adresse précisé. On ne va pas faire de la pub à l’œil non plus !

9 commentaires sur “Une nouvelle espèce

  1. Je pense qu’avant d’être blogueur, on devient pote par affinité et par blogs interposé. Rencontrer des blogueurs n’a pas de sens pour moi, quand j’en viens à en croiser certain c’est parce que j’ai envie de les connaître, que j’aime les lire et que je pense avoir plaisir à échanger avec eux.

    Certes, la blogo évolue, mais finalement, ce n’est plus une espèce de tribu où chacun a sa place, son rang et c’est ça que j’apprécie.

  2. On est pas que des blogueurs, on est avant tout des être humains ! 🙂

    Les différentes invitations reçues m’ont permis de rencontrer pas mal de monde (que je lisais pour la plupart, veille oblige). ça a collé avec certains, moins avec d’autres. Et avant de les considérer comme des blogueurs, ce sont d’abord des personnes que je souhaite découvrir.
    Effectivement, on fait le compte de nos points communs : l’ouest parisien, la com, un iphone, les blogs. On en revient aux sujets qui concernent tout le monde. J’ai quand même passé un très bon moment avec vous deux. Et je sais que Bao se joindra volontiers à nous la prochaine fois 🙂

  3. « Ma première rencontre avec mon boulet numéro un (le moule, le master quoi) me faisait peur. J’aimais le lire, commenter chez lui, savoir qu’il venait me lire aussi, mais le rencontrer en vrai, à quoi bon ? »

    Je pense que cela existe encore aujourd’hui, tout dépend du caractère du blogueur. Je suis un peu dans cet état d’esprit même si un peu moins plus le temps passe mais en plus de deux ans de blogging on ne peut pas dire que j’ai profité des rencontres de blogueurs 😉 Rencontrer des blogueurs pour rencontrer bof, par contre voir des mecs que je lis, ça, ça m’intéresse et ça évite les faux-culs (‘je lis tout le temps ton blog’, et cinq minutes après il ne te calcule plus)…

    C’est aussi pour ça que je préfère les rencontres en petit comité en dehors de soirées que les grandes transhumances 😉

  4. teulliac> C’était un super dèj, je ne parle que de la vision de la blogosphère qui diffère, sans que ni l’un, ni l’autre ait LA bonne vision. On a une approche différente, c’est juste une histoire de génération. Et on va bouffer encore ensemble avec plaisir, mais comme tu le précises, pas en qualité de blogueur 🙂

  5. No problemo. Et c’est teulliac et pas teuillac 🙂 (comment je fais après moi pour que Google me retrouve ? ^^)
    A+

  6. J’ai l’impression qu’on pourrait schématiser les choses comme suit : (ce sont des généralités, donc nécessairement à moitié fausses 😉

    – les « vétérans », qui sont globalement dans le web depuis pas mal d’années, en agence/startup depuis 5 ans et plus, qui ont des blogs depuis plusieurs années,

    – les plus jeunes, qui sortent de l’école où en sont sortis il y a 2 ans (quand ils n’y sont pas encore!), sont dans leur premier job, sont des « juniors+ » dans leurs boîtes/agence, voir des « Seniors-« .

    pour les second, un positionnement produit très fort, un fonctionnement en réseau marqué, un vrai engagement dans leurs blogs (bcp de posts, sur bcp de produits, etc). Une reconnaissance qui passe aussi par le matos reçu en prêt et les invites à venir voir le nouveau DSLAM AlcatelLucent en buvant du champagne.

    Pour les premiers, moins de temps à consacrer au blog, et plus l’envie de partager sur autre chose que juste du matos (la fin du billet de Dam, en fait).

    je trouve que les deux cohabitent bien, quand les premiers mettent de temps à autre une taloche aux seconds (pour leur rappeler la politesse qu’ils doivent à leurs ainés :)))

  7. Mince, j’ai 34 ans mais ma première rencontre avec mon master à moi m’a fait peur aussi. D’ailleurs tu étais là ! De ma campagne, le moindre contact en live avec un autre blogueur reste un événement. Je n’ai pas l’impression que la blogosphère soit telle que vous la décrivez (à moins de la regardez par la lorgnette des classements). Je la trouve très conviviale et généreuse.

Laisser un commentaire