Voici venu le temps des marrons

« Le temps des cerises », Yves Montand
Ft0275
Le mois de mai est celui des cerises. Décembre celui des marrons et des clémentines. Quel contraste pourtant entre cet agrume et cet amylacés. Autant le marron paraît de saison, autant la clémentine, symbole de richesse et de faste en période hivernal, il est incroyable qu’elle marque autant cette saison. Les agrumes symbolisent le soleil et la chaleur, rien à voir avec les morsures de froid que nous affrontons, enfin, depuis peu. Ce froid sec (et non sex), qui nous rappel que chacun des nos membres existent encore, qu’ils sont encore présents et accrochés. Ce même froid qui nous aide à creuser un peu plus le trou de la sécu. Oh non, pas moi. Je ne consulte plus les médecins depuis bien longtemps. Donc pas de remboursements de sécu non plus depuis aussi longtemps. C’est signe de santé. De bonne consistance. Mais le froid n’est pas la cause de toutes ces saloperies qui traînent. La grippe est virale et profite de notre sensibilité hivernale pour nous pénétrer par nos muqueuses bien irritées et dilatées.

« Il suffira de presque rien », Serge Reggiani
Feuartificenoelvillagehaute438012
C’est ce climat qui donne aussi envie de se retrouver dans un bon bistro, autour d’un café, à se dire « Je t’aime », ou bien sur une peau de bête, chauffé par le foyer sous la musique des bûches qui claquent. Oui, l’ami du froid, c’est la chaleur. Un vin chaud, une bonne saucisse lentille, une polaire laide mais tellement chaude, des grosses chaussettes de laine, un bonnet ridiculement indispensable a qui ne veut pas perdre ses oreilles. Oui, l’hiver est sexy, et donne ses chances à toutes et à tous, masquant toutes différences entre une taille 38 et une taille 42, entre un 85B et un 95D. L’hiver, égalitaire serait-il de gauche ? Idéalement, oui !

« Le Dormeur du Val », Arthur Rimbaud, chanté par Serge Reggiani
200512651347661sdf
Seulement, voilà. L’hiver est brutal et cruel. Bordel. Dormir dans son carton, marron, sous la brise glacée, pour avoir choisi une forme de liberté, discutable, ou pour avoir subi les erreurs d’une jeunesse trop fragile, peu importe, ce n’est pas normal. C’est amoral. Dormir, sous les yeux d’un monde qui feint de le voir, qui l’ignore pour mieux dormir, au chaud. Ne plus se réveiller,  toujours sous ces yeux qu’il ne voyait déjà plus, toujours ignoré. Ignoré car on à tous ses soucis. Einstein est le plus sage des philosophes en parlant de relativité. Car tout est relatif dans notre quotidien. Tout est priorité, pas pour aujourd’hui, mais pour demain sûrement. Lui, n’aura jamais été une priorité. Son cas est réglé. Un soucis de moins ? L’hiver ne tue pas. Le système, sûrement. A qui la faute ? A qui la cause ? A personne. A nous tous.

« Je reviendrais à Montréal », Robert Charlebois
Hiver
Pourtant, l’hiver est beau. Les couleurs de la glace, de la neige, le bleu du ciel, les surfaces gelées, les reflets dans les pierres, les soleils couchants. L’hiver est puissant aussi, et fascinant. Marcher dans la poudreuse, se balader en traîneau à chiens, dévaler en planche, grimper en raquette, et finir autour d’une fondue, raclette ou autre poutine.  Les spécialités fromagères sont les amis du froid ? A croire. Aujourd’hui, le froid était bien là. Combien de temps encore ?

« Plus rien », Les Cowboys Fringants
Réchauffement de la planète, déréglementation météorologique signé l’humanité, insouciance des états les plus impliqués dans cette tuerie qui nous touchera tous demain. Et ce n’est malheureusement pas un cliché. On est dans la merde, on le sait, mais comme notre petit SDF, on préfère ne pas regarder. A manger des clémentines qui poussent en plein hiver à coup de pompe à chaleur au fioul, a monter son chauffage électrique pour pouvoir déambuler en sous vêtement chez soi (moins sexy qu’un bon et beau pyjama), manger de la viande chaque jour qu’un vieux barbu au ciel dit nous offrir. On va tous crever, tout ça pour manger une salade de tomate en plein hiver ? Les amis, attendez, dans dix ans, la tomate va être un produit de saison toute l’année. Faudra juste creuser pour trouver l’eau. Et là le trou à faire, il sera bien plus profond que celui de la sécu.

« Ma plus belle histoire d’amour », Barbara
466_chataigne
Ce coup de gueule, il ne faut pas oublier de la pousser. Pour ne pas oublier chacun des petits gestes à faire pour laisser un avenir moins trash à ceux qu’on aime. A nos enfants. A ceux qui vont devoir vivre sur cette Terre qu’ils devront aimer pour mieux accepter. Tout doit reposer là-dessus, pour nous aider à avancer. Nos aïeux ont connu des hivers terribles dans des conditions bien moins confortables que les nôtres. En sont-ils morts ? Certain oui, c’est vrai. Majoritairement, non. Donc demain, tout le monde en grenouillère, et baissons notre thermostat d’un tout petit degré. Ce sera une belle preuve d’amour. Et si vous avez froid dehors, n’oubliez pas, un petit marron chaud, c’est pas mal et de saison. Mais ne vous y trompez pas, c’est bien entendu de la chateigne que vous mangerez !

7 commentaires sur “Voici venu le temps des marrons

  1. bah oui, mais quand je me frotte à ma femme en pull, on se prend des éclairs d’électricité statique!

  2. Bravo pour le coup de gueule!
    Merci et continue a gueuler et donc a…aimer.

  3. p’tain, comment tu fais pour ecrire des notes aussi longues? j’ai fallit ne jamais arriver au bout tellement je suis derangé toutes les 2 minutes!!!
    sinon, moi je veux bien baisser le thermostat de 1 même de plus… mais apres cheriecherie reste sous la couette, du coup, moi aussi et au final je ne vais plus bosser… donc apres je me fais virer et je me retoruve à la rue à me les geler vraiment…
    hein? je suis de mauvaise fois? moua?
    mais non….
    en tout cas, beau texte…
    hey, j’arrive à faire un commentaire vachement long que même mes notes elles ne le sont pas autent!!!

  4. Arrêtes d’écouter des vieux disques, et mets de la musique qui bouge. Tu pourras ainsi danser et baisser le thermostat de 2 degrés au moins.

  5. Autre solution pour baisser le thermostat voire passer l’hiver fenêtres ouvertes : être la cheriecherie de Largentula

  6. Salut damdam
    moi, c’est dam_drums (Damien aussi, quoi :p)

    Lisant régulièrement les blogs de Yannick et de Pierre, je commençais a te connaitre.

    Vois que tu connais les Cowboys Fringuants, c’est génial.
    J’en avais entendu parler il y a un moment, mais j’ai vraiment découvert et ecouter lors de mon séjour au Quebec au mois de Juin dernier.

    Formidable ta ma nière de passer tes coup de gueule 😉

    @+

Laisser un commentaire